Remboursement


Dernièrement, un de nos patients nous a fait part du manque d’information sur notre site concernant le remboursement de nos soins. 

Pour remédier à cela, voici trois choses qu’il faut savoir à ce sujet : 


1) L’assurance de base ne reconnaît pas les podologues comme prestataires de soins, ni si vous êtes diabétique ou autrement à risque de développer des complications au niveau des pieds (chimio, dialyse, greffe, sclérose en plaque, insuffisance artérielle etc.), ni même si votre médecin vous fait une ordonnance. Bien sûr, ceci n’est pas logique, mais actuellement c’est comme ça.


2) Pour avoir une chance de vous faire rembourser votre traitement podologique par l’assurance complémentaire, vous devez vous munir d’une ordonnance médicale spécifiant pourquoi vous en avez besoin. Vérifiez bien que votre médecin y a bien noté « podologue » et non « pédicure ». La plus grande confusion règne autour de ces deux termes. Selon votre état de santé et les besoins de vos pieds, il importe de faire la différence entre ces deux termes :


Le terme « podologue » (ou « pédicure-podologue » selon les cantons) vise les professionnels de la santé qui :


  • Ont suivi une formation de trois ans à l’école supérieure des podologues à Genève, ou jugée équivalente, et qui suivent régulièrement des formations continues
  • Sont munis d’un droit de pratique délivré par le service du médecin cantonal
  • Utilisent des instruments stérilisés selon les normes d’hygiène en vigueur (ce qui engendre un coût certain, prise en compte dans le tarif des podologues)

Le terme « pédicure » n’est pas (plus) protégé par la loi. Aujourd’hui (depuis 2012 dans le canton de Genève, sauf erreur) ce terme vise uniquement les soins esthétiques proposés dans les instituts de beauté et de bienêtre. Quand on voit des offres de manicure et de pédicure dans les ongleries et dans les salons de coiffure, il faut savoir qu’il ne s’agit pas d’une « pédicure médicale » comme on disait dans le temps, mais d’une « pédicure esthétique ». La loi oblige la stérilisation selon les normes en vigueur de tout instrument risquant de traverser la barrière cutanée. 


3) Pour ne pas avoir de mauvaise surprise il faut poser la question directement à votre assurance complémentaire. Leur réponse standard est la suivante : « Nous ne remboursons pas les podologues. Si vous voulez vous faire rembourser, il faut vous faire soigner par une infirmière ». Le hic, c’est que seuls les podologues sont formés spécifiquement (école supérieure de 3 ans à plein temps) pour détecter, prévenir et traiter la large panoplie d’affections touchant les ongles et la peau des pieds. Encore une fois ceci n'est pas logique, mais pour l'instant c'est comme ça.